accueil site
accueil Guilbardière
le pays
par les chemins creux

Au village ... (au pays pour un hameau, on dit "village")
cliquez sur les images

 

Arrivée au village.
C'est la maison du fond.

Autrefois il fallait aller chercher des seaux d'eau à la Fontaine Rouillée en contrebas du village par un ancien chemin bordé d'énormes pierres. C'est toujours cette eau aujourd'hui, mais... aux robinets.

 

 

 

La Fontaine Rouillée :
"Source minérale qui naît sur le lieu de la Guilbardière en sol granitique au pied d'une colline.

 
En 1751, on creusa un réservoir de 2m², recouvert d'un petit édifice de 4 m de côté avec l'écusson de France et le chiffre 1751 sur le linteau de la porte

Charles-René Leroy des Barres, médecin ordinaire du roi, écrivit un mémoire sur cette source. Il note en 1780 qu'on y trouve "des bains et des logements assez commodes" d'après le Dictionnaire top. de l'abbé Angot.

Cette photo (ancienne carte postale) nous restitue ce bâtiment aujourd'hui disparu.

 

 

En passant près de la maison, une fenêtre au 2e étage
 
Et au dessous, au 1er étage, une fenêtre remaniée (probablement réduite pour payer moins d'impôts, en un temps où son système défensif n'avait plus cours)

 

 

D'après les marques sur les pierres, j'ai tenté d'imaginer la forme ancienne de cette fenêtre "grillée" (en cliquant dessus). Les assises intérieures y correspondent.

 

 

Au cas où ...
Que la personne qui a subtilisé la "tête d'Ulysse", sculpture que j'avais faite en cadeau à mes parents, la redépose à sa place : elle n'a rien d'ancien !

 

Seule la porte d'entrée (au 1er étage) et la petite ouverture du grenier existaient auparavant. Cette façade était quasi aveugle. Près de la porte, une croix gravée dans une des pierres à l'extérieur, plusieurs sont visibles à l'intérieur aussi mais qui semblerait plus récentes.

La même inscription existe à moitié effacée par le temps près d'une ouverture de la cave, qui fut peut-être autre chose qu'une cave..

 

Plus tard, le village eut son gadage (pour concasser les pommes), son pressoir (pour en extraire le jus) et son four à pain (un autre plus petit fut construit à côté d'une autre maison du village). Ce four banal en ruines, sauf l'appareil lui même, fut remonté par mes parents. Il n'est pas présent sur le cadastre napoléonnien, un autre est représenté face à la descente de l'escalier.

 

 

le bâtiment derrière le gadage est le four à pain.

 

 

 

 

 

le pressoir est de l'autre côté du gadage

 
autres photos
 

 

 

pierres gravées du village
 
haut de la page